jeudi 3 décembre 2015

La 25 ème heure

Je vous avais déjà parlé de Feldrik Rivat sur mon ancien blog. Il a remis ça avec un nouveau roman bien différent.

Cette fois-ci, nous sommes dans le Paris du 19 ème en 1888, même période que celle de Jack l'Eventreur. Nous suivons le Khan, un singulier individu aux habitudes carrées, peu commode et surtout agent de la Sûreté de Paris. Il est un peu difficile (mais pas trop) de se mettre dans la peau de cet homme, cependant, on lui adjoint bientôt un novice qui permettra au lecteur d'avoir un point d'accroche affectif. Une série de disparition de cadavres entraîne une enquête bien particulière où nous découvrons le Paris de 1888 comme si on y était, avec surtout certains lieux peu connus de Paris.

A la différence des Kerns de l'Oubli, le lecteur est placé dans un point de vue extérieur aux personnages avec un certain pouvoir nous livrant parfois les pensées intimes des personnages. Le style est libre, ouvert et à la fois dirigiste. Pour moi, cela a été un plaisir de le lire. J'ai pu y trouver du mystère, de l'improbable et enfin du vocabulaire! Car oui, Feldrik utilise des mots pas forcément alambiqués mais faut quand même sortir le dico juste par curiosité. Et pour ça, je dis merci! :)

Sinon, je vous le recommande fortement; de ce que j'ai compris ce n'est que la première enquête d'une possible trilogie.

Ah oui! Il y a aussi une énigme a résoudre... bonne chance! Moi, je vais m'y mettre de suite! :)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire